Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le garde, le poète et le prisonnier

 

vertige

 

Titre : Le garde, le poète et le prisonnier

Auteur : Lee Jung-Myung

Edition : Michel Lafon

Date de parution : 17/04/2014

Prix chez l’éditeur : 19.95€

Nb de tomes : 1

 

etiquette-RESUME.png

Pénitencier de Fukuoka, Japon, 1944. Dans ce sombre lieu dont peu sortent vivants, le gardien-chef, Sugiyama, réputé pour sa cruauté bestiale, vient d’être assassiné. Le jeune conscrit Watanabe est chargé de l’enquête ; mais à peine l’a-t-il commencée qu’un détenu coréen, communiste et résistant, s’accuse du crime. Pourtant, Watanabe ne croit pas à sa version des faits et décide de poursuivre ses investigations malgré les ordres. En reconstituant les derniers mois du gardien-chef, il met au jour l’étrange relation qui s’est nouée entre la brute Sugiyama et Yun Dong-ju, un jeune poète coréen condamné pour « écrits séditieux ». Alors que la guerre fait rage et que les bombes pleuvent sur Fukuoka, Watanabe mettra tout en œuvre pour protéger Yun Dong-ju, dont les vers sont si purs qu’ils brisent le plus dur des cœurs. Mais il devra affronter un complot qui dépasse largement l’enceinte de la prison…

 

Inspiré par la vie du poète Yun Dong-ju, adulé en Corée, Le Garde, le Poète et le Prisonnier est à la fois un huis clos fascinant et un plaidoyer passionné pour le pouvoir de rédemption de la littérature.

 

 

etiquette-MON-AVIS.png

 

Lorsque j'ai reçu ce livre, étant totalement néophyte en matière de poésie, je me suis tout de même demandé « à quelle sauce j'allais être mangée ». Mon premier doute fut de savoir si j'allais « accrocher » et surtout si cela allait piquer ma curiosité. En lisant les premières pages, soit le prologue, mes peurs furent immédiatement apaisées. On est projeté directement dans l'histoire et l'intrigue, et cela, de la meilleure des façons.

L'histoire se déroule dans les années 1941-1945. Il faut savoir qu'à cette époque, la Corée est colonisée par le Japon depuis plus de 30 ans, et que ce dernier exerçait une domination souvent qualifiée d'impitoyable.

Comme énoncé dans le résumé, l'histoire se déroule en huis clos, dans cette inhumaine prison qu'est le pénitencier de Fukuoka, ce qui m'a donné une sensation d'étouffement au fil de ma lecture, assez dérangeante. L'intrigue est, à mon goût, très bien menée, malgré le fait que l'auteur nous fait valser régulièrement entre le passé et le présent. Mais cela nous permet, bien évidemment de connaître et comprendre les personnalités assez complexes de certains personnages, comme Sugiyama, pour qui il m'a été agréable de découvrir ses « visages cachés ».

Bien évidemment, je dirais que l’un des personnages centraux est Yun Dong-ju, pour qui j’ai développé un fort attachement pour sa fragilité, au fur et à mesure de ma lecture. Mais pour moi, j’ai trouvé que les « mots », la poésie et la littérature ont sonné comme étant LES personnages principaux, ce qui est loin de m’avoir rebutée. Le point marquant est l’énorme contraste entre la prison, la violence, la mort, le désespoir et Yun Dong-ju, sa poésie, ses vers, sa douceur et ses sourires, ce qui fait passer « plus ou moins » la pilule sur les descriptions des horreurs qui s’y passent et des conditions humaines (épouvantables) de cette époque ravagée par la guerre.

Pour conclure, ce livre n’a pas été un coup de cœur, mais il m’a permis de découvrir un tout autre univers. J’ai vraiment trouvé cette lecture très intéressante et, je pense que tous les amoureux de la poésie devraient avoir ce roman dans leur bibliothèque.

 

NB : je trouve que la couverture de ce livre est vraiment une belle représentation de ce qu’est le roman.

 

Je remercie les éditions Michel Lafon pour m’avoir donné l’occasion de faire une belle découverte.

Le garde, le poète et le prisonnier - Lee Jung-Myung
Tag(s) : #Chronique BKonly, #roman, #thriller